A chaque maison sa solution

Une maison saine

› contactez-nous une question ? vous avez un projet ?

Construire en béton cellulaire : le choix d'une maison saine

Le béton cellulaire respire. Et avec lui, c’est votre foyer qui va bien : il faut savoir qu’une maison occupée produit en moyenne 17 litres d’eau par jour. Le béton cellulaire laisse passer cette vapeur d’eau, ce qui évite les risques de condensation, cause de l’apparition de moisissures.

Les mesures de composés organiques volatiles confirment également l’excellente tenue du béton cellulaire, très largement inférieurs aux seuils fixés par des organismes indépendants tels que l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) et natureplus (une organisation environnementale internationale). Avec moins de 5 microgrammes (5 μg/m3), on est largement en deçà des recommandations de ces deux instituts.

Un autre atout du béton cellulaire réside dans sa résistance à l’air : cette étanchéité est source d’économie d’énergie (on estime que les besoins supplémentaires de chauffage pour une construction mal isolée représente de 5 à 10 kWhEP/m2/an… soit 10 à 20% des consommations totales exigées par la réglementation RT 2012.

L’étanchéité à l’air est donc un facteur essentiel à prendre en compte, et le béton cellulaire répond parfaitement à ce besoin. Les entrées d’air parasite ont en effet plusieurs effets, et choisir le béton cellulaire permet d’être mieux isolé, et donc de réduire sa consommation de chauffage.

L’air permet de véhiculer :

  • Polluants
  • Bruit
  • Humidité

Choisir un béton cellulaire permet de réduire les effets de ces éléments transportés par l’air dans le cadre d’une construction de maison individuelle, car le béton cellulaire a les qualités requises pour atteindre un tel objectif. Le béton cellulaire de notre partenaire, Ytong, a obtenu le premier agrément du Ministère (référence RT 2012-A7-001).

Construire en béton cellulaire : le choix d'une maison saine

Le béton cellulaire respire. Et avec lui, c’est votre foyer qui va bien : il faut savoir qu’une maison occupée produit en moyenne 17 litres d’eau par jour. Le béton cellulaire laisse passer cette vapeur d’eau, ce qui évite les risques de condensation, cause de l’apparition de moisissures.

Les mesures de composés organiques volatiles confirment également l’excellente tenue du béton cellulaire, très largement inférieurs aux seuils fixés par des organismes indépendants tels que l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) et natureplus (une organisation environnementale internationale). Avec moins de 5 microgrammes (5 μg/m3), on est largement en deçà des recommandations de ces deux instituts.

Un autre atout du béton cellulaire réside dans sa résistance à l’air : cette étanchéité est source d’économie d’énergie (on estime que les besoins supplémentaires de chauffage pour une construction mal isolée représente de 5 à 10 kWhEP/m2/an… soit 10 à 20% des consommations totales exigées par la réglementation RT 2012.

L’étanchéité à l’air est donc un facteur essentiel à prendre en compte, et le béton cellulaire répond parfaitement à ce besoin. Les entrées d’air parasite ont en effet plusieurs effets, et choisir le béton cellulaire permet d’être mieux isolé, et donc de réduire sa consommation de chauffage.

L’air permet de véhiculer :

  • Polluants
  • Bruit
  • Humidité

Choisir un béton cellulaire permet de réduire les effets de ces éléments transportés par l’air dans le cadre d’une construction de maison individuelle, car le béton cellulaire a les qualités requises pour atteindre un tel objectif. Le béton cellulaire de notre partenaire, Ytong, a obtenu le premier agrément du Ministère (référence RT 2012-A7-001).